L’acheteur public ultra-marin face aux défis de 2018

La loi du 28 février 2017 relative à l’égalité outre-mer a donc mis en place un mécanisme autorisant les pouvoirs adjudicateurs ultramarins à réserver un tiers de leurs marchés publics aux PME locales. Même s’il ne s’agit que d’une expérimentation de 5 ans, c’est une mesure évidemment contraire aux grands principes qui gouvernent la commande publique, en premier lieu l’égalité de traitement des candidats…

Les acheteurs ultra marins se préparent donc eux aussi à franchir le grand virage de la numérisation de l’achat public; une de leurs craintes étant que les artisans et TPE ne soient pas tous prêts à le faire; une partie d’entre eux risquant de ne plus pouvoir répondre aux consultations lancées après le premier octobre prochain, ce qui pourrait entraîner dans certains secteurs des pénuries d’offres préjudiciables à leurs projets.

Jean-Marc PEYRICAL dans Les Echos du 25 mai 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *